Humeurs

Mes Petits Bijoux

Coton pour bracelets brésiliens

Je ne suis pas une fille à bijoux. C’est ainsi. Je n’en porte pas tous les jours et j’en ai peu. Cependant, j’adore les rares petites choses que j’ai.

Bon, il faut dire qu’après le cambriolage survenu dans mon appartement en 2012, je n’ai pas eu envie de quoi que ce soit pendant un moment. À l’époque, je n’avais déjà pas grand chose et ces bijoux n’avaient pas une grande valeur pécuniaire. En revanche, ils avaient une très grande valeur sentimentale. Il y avait les éternels bijoux qu’on nous offre quand on est plus jeune. Bijoux de baptême, communion… et quelques autres petits trucs que je chérissais. Hélas, tout ça avait donc en grande partie été volé.

Puis les années passèrent.
Là, j’ai commencé à me faire à l’idée de reporter quelques petites douceurs. Il y a cette bague que j’aime beaucoup, offerte par mon cher et tendre. Il y a cette autre bague certie d’une petite pierre rose violette, offerte quand j’avais une douzaine d’années par une de mes grand-mères. Il y a une  aussi une très discrète montre. Toujours en argent blanc. Teinte et matière que j’aime.

Bagues argent blanc

Concernant les bracelets. Je l’avoue, je n’en porte plus depuis quelques temps. Encore que, j’ai porté pendant au moins deux décennies des bracelets, mais pas au format bijou classique. En effet, je leur préférais largement des bracelets brésiliens en coton, que je faisais moi-même. J’en choisissais les couleurs et motifs. J’en faisais pour les autres aussi.

Pourtant, je n’exclus pas pour les beaux jours, d’aller voir du côté de la marque Bracelet chic. J’aime les choses sobres et éclectiques. Ce serait donc l’occasion de pourquoi pas, reporter des bracelets, notamment cet été. Il se trouve que je préfère porter des bracelets et des montres quand je ne porte pas de manches longues. Une question d’aspect pratique. Je n’aime pas quand les vêtements se prennent dans les bracelets et inversement.

Chose que j’envisage de plus en plus sérieusement : Me remettre au tissage de bracelets brésiliens, pourquoi pas cet été également, pendant les vacances. Créer quelque chose de ses mains, le porter ou l’offrir, ça me parle. Je pourrai personnaliser tout ça, décider de chaque détail. Et penser à faire un souhait au moment de l’attacher qui sait, comme le veut la légende urbaine qui dit que le souhait se réalise quand le bracelet tombe par usure :) Alors oui, c’est So Années 80 ! Mais je suis née dans ces années-là :)

Je me souviens que quand je tissais des bracelets, c’était un peu comme quand je m’occupe des plantes. Cela fait du bien, ça permet de s’évader, de se vider l’esprit. Et pour diverses questions qui me préoccupent sérieusement ces derniers jours, je me dis que ça ne me ferait pas de mal, loin de là, de me remettre à certaines activités simples comme celles-ci, dès lors où j’aurais un peu de temps.

De perdre du temps à choisir des textures de coton, des couleurs, pour faire des petites choses “mode” qui seront aussi simples que je le suis.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    MH
    16 avril 2019 at 11 h 40 min

    Je veux bien le premier que tu réaliseras ! ! !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :