Green

Les plantes aiment parfois qu’on les oublie

monstera deliciosa en eau 2020 belle et monstrueuse

Cela peut avoir l’air bête ou saugrenu. Pourtant, c’est un constat que je fais sur la durée, à savoir sur plusieurs années. Certaines plantes aiment parfois qu’on les oublie. Ou plutôt, qu’on les arrose moins, qu’on arrête de toucher leurs feuilles… Et elles nous le montrent quelques fois avec de belles surprises, comme pour nous faire comprendre qu’elles sont plus solides qu’on pourrait bien le croire, mais aussi que c’est en partie la nature qui décide de leur évolution.

Oublier des plantes grasses et succulentes pour leur bien

Je fais ce constat avec les plantes grasses et succulentes. J’en ai assez pour oublier certaines d’entre elles régulièrement. Parce que de base elles sont reconnues pour être solides et robustes, mais aussi parce que j’ai d’autres grassouillettes qui nécessitent un peu plus d’attention et d’entretien. Et autant dire que les oublier, ça a l’air de leur faire le plus grand bien. C’est en les oubliant, sur le balcon ou sur le rebord de notre fenêtre de cuisine, que régulièrement, je tombe sur des feuilles qui se sont bouturées seules. Alors oui, elles me font de jolies surprises :)

Bouture de feuille de Plante grasse en terre au printemps

Laisser ses plantes d’intérieur tranquilles

J’ai aussi diverses plantes d’intérieur, vertes et autres. Et pour certaines d’entre elles, là aussi, les oublier est parfois l’objet de belles surprises par la suite. Il y a cette Monstera adansonii que je dois rempoter depuis des plombes. J’admets que j’ai beau l’adorer, elle passe je ne sais pas pourquoi, après mes piléas… Comme je n’ai pas de terreau sous la main quand enfin j’ai le temps de la rempoter, je repousse alors trop souvent le fameux rempotage. Il se trouve que depuis quelques semaines, elle me montre que finalement, elle ne m’en veut pas de l’oublier. Elle me sort plein de nouvelles petites feuilles.

Monstera Obliqua Profil

Constats simples pour un entretien minimal de certaines plantes d’intérieur

En fait, avant de parler d’oublier ces fameuses plantes qui du coup me le rend plutôt bien, il y a je pense le simple fait que leur environnement leur convient. Je n’aurais pas forcément pensé d’emblée que notre cuisine serait le meilleur endroit pour la plupart de nos plantes, qui y sont tout de même. Mais au fil des mois, je constate bien que ça leur réussit assez bien pour une majorité d’entre elles. Plusieurs raisons à cela.

La luminosité y est généreuse et présente, sans que les plantes doivent subir un soleil direct. Du coup, pour la famille des aracées comme les Monstera Deliciosa ou encore notre Monstera minima, ça semble être un bon deal. Idem pour pas mal de grassouillettes qui sont à moins d’un mètre de la fenêtre.

L’humidité est présente, raisonnablement, car c’est une cuisine. On ouvre beaucoup pour aérer, par principe. Et le VMC fait son job très bien. Mais l’humidité est là et ce minimum a l’air de convenir à nos végétaux. En tout cas, plus que ça ne l’est dans notre salon ou dans nos chambres où l’air ambiant est évidemment plus sec.

Tout ça réunit, me permet de ne donner que très peu d’engrais voire aucun, par périodes. Alliant donc écologie avec économie.

J’en conclus donc assez humblement qu’avant même de dire que les oublier leur fait du bien, il suffit simplement d’enfin trouver un endroit qui leur convient, avec juste les conditions dont elles ont besoin, souvent le minimum syndical d’ailleurs : De la lumière naturelle en quantité et qualité suffisante, de l’air frais renouvelé régulièrement et un taux d’humidité suffisant pour certaines. En fait, c’est bête comme bonjour ! Et c’est finalement tout =)

Alors avant même d’avoir ce qu’on appelle souvent à tort la main verte, il suffit au préalable de se renseigner sur les conditions qui conviennent à une plante, avant de la faire rentrer chez soi. Au risque le cas échéant hélas dans quelques cas, de se retrouver déçu(e) de ne pas la voir évoluer un peu ou pas du tout, et dans le pire des scenarii, de la voir dépérir.

C’est aussi pour ça, que je limite mes achats de plantes ou mes acquisitions tout court, même offertes. On m’a récemment très généreusement proposé du sedum Palmeri. J’ai préféré décliné car j’en avais reçu un énorme pot la semaine précédente. Pourquoi ? Par manque de place mais aussi parce que je sais qu’en limitant les végétaux même à l’extérieur, je limiterai la casse si jamais la plante ne se plaisait pas où elle est. Pourtant je sais que le sedum palmeri est une plante très rustique et vraiment très robuste. Mais je préfère jouer la sagesse, plutôt que le cumul de plantes, que peut-être je négligerai alors trop. Car oublier des plantes pour leur bien, c’est une chose. Les négliger, c’en est une autre. Et je ne veux pas en arriver là :)

 

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :