Accueil GreenPlantes extérieuresGinkgo Biloba De la beauté du Ginkgo Biloba en hiver

De la beauté du Ginkgo Biloba en hiver

par Griselidis
51 Vues
Ginkgo biloba feuilles jaunes en hiver

L’hiver est bien installé avec des températures proches de zéro degré ou sous zéro un peu partout en France. Aussi, sortir est parfois une petite épreuve quand il faut affronter le froid ressenti avec le nez caché dans l’écharpe et les sourcils cachés par un bonnet. Pourtant, même avec ce froid glacial, je prends plaisir à découvrir que même dans notre quartier si urbain, des couleurs naturelles et très belles mettent de la vie dans ce gris ambiant. 

Parmi les couleurs naturelles impossibles à rater, il y a le jaune si beau et éclatant des feuilles de Ginkgo biloba

D’une passion pour le Ginkgo biloba

Il y a quelques mois seulement, une nouvelle foire aux plantes avait lieu dans notre commune. N’ayant pas envie de mettre du budget pour de nouvelles plantes intérieures ou extérieures dans les mois à venir, j’avais pris seulement dix euros sur moi. Après avoir fait le tour de la foire avec Anthony, nous avons reconnu un tout petit Ginkgo biloba d’une vingtaine de centimètres. Sans surprise, nous sommes repartis avec le Ginkgo biloba en pot acheté pour modique somme de trois euros. 

La vendeuse en avait profité pour me dispenser quelques conseils. Bien entendu, j’ai bu ses paroles comme du petit lait car j’adore apprendre de l’expérience des professionnels des plantes. 

Parmi ces conseils, elle m’a indiqué qu’il fallait le laisser dehors même en hiver. Que les feuilles  du petit Ginkgo biloba allaient se ramollir puis jaunir. Qu’il fallait alors peu arroser sauf quand les beaux jours reviendraient, et encore. 

Bref. J’étais déjà très attirée par le Ginkgo biloba sur lequel je me documente depuis le printemps. J’avoue que depuis que nous avons un érable du Japon, je me suis découverte une réelle attirance pour de nombreux arbres d’origine asiatique. Sans même savoir alors qu’ils étaient pour beaucoup, originaire d’Asie. En effet, le Ginkgo biloba vient tout droit d’Asie où il est très présent historiquement au Japon, en Chine et en Corée. 

Nous avons donc un petit Ginkgo biloba en bord de fenêtre de cuisine (car plus à l’abri du vent que sur le balcon). Dont je m’occupe peu car ce n’est pas la saison, mais que je surveille au moins une fois par jour en ouvrant et fermant la fenêtre. 

Notre petite histoire autour du Ginkgo biloba

Depuis que je fais régulièrement des promenades avec Anthony qui a quatre ans, j’essaie de lui faire apprendre le nom des principaux arbres facilement reconnaissables. Il se trouve que le Ginkgo biloba a des feuilles à la forme très caractéristique. Une forme très graphique. Et je ne sais pas si c’est la forme des feuilles qu’il compare à des ailes de papillons ou le nom très amusant de cet arbre, mais il s’en est rapidement bien souvenu. Au début, il appelait ces arbres des Bilobas. Et depuis quelques semaines, il prononce bien Ginkgo biloba en entier. En appuyant bien sur la lettre K comme pour montrer qu’il sait vraiment bien dire ce mot phonétiquement peu aisé à articuler. 

Les jolies feuilles jaunes du Ginkgo biloba en hiver

Alors que je faisais une sortie seule il y a quelques jours, je suis passée dans cette rue à 100 mètres de chez nous, où une huitaine de Ginkgos bilobas sont installés en bordure de trottoir. Cela faisait des semaines que je surveillais les feuilles en pensant qu’elles étaient très résistantes. Mais cette fois, elles étaient bien tombées. Recouvrant le gris du bitume d’un jaune éclatant. J’en ai fait quelques photos. Puis plus tard, une petite vidéo diaporama. 

Toutes les photos prises étant présentes dans cette vidéo, je ne les ajoute pas dans cet article afin de ne pas alourdir le temps de chargement de la page :) Ce type de détail fait partie de mon job sur les sites web et blogs, alors par déformation professionnelle, pour une fois, je l’applique ici ! 

Je ne sais pas si vous partagez ce type de petites attentions à la nature si vous vivez en ville. Personnellement, ça m’aide je crois, à supporter le gris ambiant de la ville. Sans doute aussi parce que j’aime vraiment de plus en plus la nature, surtout la flore. 

 

You may also like

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :