Accueil MaisonBalcon Un balcon respectueux de l’environnement

Un balcon respectueux de l’environnement

par Griselidis
62 Vues
roses jauneS et oeillets sur notre balcon fleurs fraiches fleuries

Est-ce que je suis écolo dans l’âme depuis toujours ? Non. Est-ce que je milite pour l’écologie ? Non. En revanche, puisqu’il est possible même à petite échelle de tenter d’avoir des gestes plus sains, plus clean et plus respectueux de l’environnement, alors j’essaie. J’essaie de faire en sorte que mes passions ne soient pas nocives pour la nature. Que notre balcon par exemple, ne soient pas la source de choses qui seraient mauvaises pour la planète.

J’essaie de réutiliser au maximum tous nos affaires et matériel de jardinage. J’essaie si nous optons parfois pour du neuf, de choisir des objets de jardinage qui seront recyclables (et pourquoi pas conçus à partir de matière elle-même recyclée)… Je n’utilise rien qui serait chimique et nocif. Et si toutefois je devais utiliser des amendements et autres engrais, ce ne sont que des produits naturels comme le savon noir dilué.

Des Jardinières recyclables

Le choix de nos jardinières acquises il y a environ un an, s’est fait assez simplement. Je souhaitais des jardinières peu coûteuses, faute de budget, mais aussi des jardinières qui seraient recyclables au cas où elles nous lâcheraient un jour ou l’autre. Aussi, j’ai opté pour des jardinières simples fabriquées en France et qui peuvent être recyclées lorsqu’elles sont en fin de vie. Pas de marque à ma connaissance pour ces quatre jardinières grises.

Pourquoi des jardinières recyclables ? Cela fera dix ans à la fin 2022 que nous vivons dans ce logement. Alors ce balcon et la façon dont les intempéries peuvent le malmener, je les connais bien. Je sais que ces jardinières dureront des années (encore heureux d’ailleurs) mais je voulais qu’elles puissent être recyclées en cas de pépin. Entre les chaleurs caniculaires, le gel et autres désagréments météorologiques, autant disposer de balconnières recyclables si elles devaient manquer de robustesse ou résistance sur le moyen ou long terme.

Du matériel de jardinage et balcon de seconde main

Je récupère désormais tout ce que je peux en termes de matériel de jardinage et d’extérieur. Je le faisais déjà depuis des années pour ce qui est du jardinage intérieur et l’entretien des plantes d’intérieur. Alors ces gestes ne sont pas nouveaux. Par souci d’économies notamment. Il y a donc un petit monticule de vieux pots en tout genre à gauche au pied du balcon. Pots qui ne servent plus pour le moment mais qui trouveront une seconde vie tôt ou tard en fonction des végétaux qui sont sur le balcon et de leur évolution.

Sur le balcon, seules les jardinières sont « neuves » puisqu’elles ont environ un an. Pour le reste, c’est du vieux.

Aucun engrais ou amendements chimiques

Depuis que nous sommes ici à savoir donc une dizaine d’années, je n’ai jamais utilisé de produits chimiques sur notre balcon. Qu’il s’agisse d’engrais ou autres amendements. Je connais quelques astuces comme le marc de café ou autre trucs comme la peau de banane. Et même si je ne les utilise pas parce que les plantes d’en montrent pas le besoin, je ne cède pas pour autant aux sirènes de l’usage de produits qui boosteraient leur floraison ou leur pousse.

Pas de produits chimiques contre les nuisibles et ravageurs

Idem pour ce qui est de lutter contre les nuisibles et autres ravageurs de plantes de balcon. Il faut reconnaître que j’ai aussi plutôt de la chance. Je n’ai jamais vraiment eu d’attaques sur nos végétaux de balcon, de nuisibles ou autres insectes de ce type. Une seule fois, des pucerons en grand nombre se sont logés sur une plante grasse oubliée. J’ai préféré me débarrasser de cette plante pour éviter l’invasion et contamination des autres plantes.

Quant aux rares autres fois où quelques cochenilles se sont pointées, le savon noir a suffi pour qu’elles n’abîment pas plus la plante touchée. Le savon noir dilué ainsi que la grosse douche à l’eau courante sont des moyens naturels de déloger pas mal de bestioles susceptibles et connues pour leur faire plutôt du mal.

Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage ?

Il ne pleut hélas pas suffisamment pour remplir un arrosoir de deux litres et demi qui lui même ne suffit pas à arroser toutes nos plantes de balcon. Je tente pourtant le coup avec un arrosoir qui reste toujours à des places qui sur le balcon sont non abritées et donc où la pluie peut tomber. Mais ça reste bien ridicule jusque là. Il faut donc encore que j’étudie comment faire pour tenter de récupérer plus d’eau de pluie pour l’arrosage de nos plantes extérieures.

Je récupère donc en attendant de faire mieux, l’eau des fonds de carafes non finies après les repas. Les fonds de verres d’eau non terminés. Même si généralement, cette eau est souvent destinée à arroser nos plantes d’intérieur.

begonia et campanules blanches sur notre balcon asnierois

La proximité pour les plantes et fleurs

Notre bougainvillier vient de chez Interflora et nos plus anciennes plantes grasses sur le balcon émanent pour beaucoup de jardineries diverses. Mais depuis que de nouvelles plantes sont arrivées sur le balcon, elles viennent toutes de fleuristes de quartier. Je tente donc autant que possible de jouer sur la proximité quant à l’arrivée de nouveaux végétaux extérieurs sur notre balcon. Je ne connais bien entendu pas forcément l’origine précise de chaque plante qui est installée sur le balcon. Mais j’essaie depuis plus d’un an de veiller à ne pas opter pour des solutions qui seraient surtout des solutions de facilité. Pas toujours forcément respectueuses de l’environnement;

Le coût des plantes et fleurs émanant de chez un fleuriste ne sont d’ailleurs pas forcément plus chers qu’en jardinerie ou grande enseigne. Il suffit souvent de passer régulièrement pour voir s’il y a des offres. Pour opter pour une plante légèrement moins jolie qu’une autre et avoir une petite ristourne. Et puis jouer la proximité, c’est aussi avoir l’accueil de visages connus et sympathiques. Ce que j’apprécie beaucoup dans la vie de quartier.

Le mobilier extérieur pour le balcon

J’aurais aimé savoir si oui ou non ce mobilier était respectueux de l’environnement ou pas mais j’admets ne pas le savoir. Acquis en 2020 chez IKEA, l’ensemble de deux chaises et une table de jardin/balcon est composé de bois d’acacia qui a priori a été prétraité avec des couches de teintures pour le bois. Alors non, j’imagine que ce n’est pas parfait.

Mais en l’occurrence, puisqu’il s’agira tôt ou tard d’entretenir ces deux chaises ainsi que la table, je sais que je partirai vers ce qui sera le plus clean possible. En évitant d’opter pour du vernis ou autre produit du même type. L’ensemble bien qu’en partie soumis à la pluie et aux aléas du temps, reste en bon état pour le moment. Alors cet entretien ne sera pas pour cette année. Cela me laisse donc largement le temps de me documenter sur la question afin je l’espère, de trouver une solution la plus clean possible.

You may also like

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :