Freelance

Lancer son affaire, c’est sport, mais que c’est bon !

job

Voilà donc désormais plus de trois bonnes semaines que l’affaire est lancée. Un lancement auquel j’ai cru, que j’avais préparé et qui est encore mieux que ce dont je rêvais…

Un lancement qui va vite, très vite

C’est sport, c’est super sport. Je ne suis justement pas une sportive. Disons que je l’ai été plus jeune mais que comme beaucoup, avec le quotidien et le travail, je n’ai plus pris le temps d’en refaire ni de m’y remettre. Mais là, je retrouve une fatigue propre à ces journées sportives que j’ai pu connaître par le passé lors de journées de compétitions. Le soir arrivé, quand on rentre chez soi, on est rincé, lessivé, fatigué, mais c’est une bonne fatigue. Cette fatigue même qui ne vous laisse pas trois minutes les yeux ouverts une fois la tête posée sur l’oreiller.

Si c’est aussi sportif, prenant et fatigant, c’est parce que pour le moment je cumule 2 jobs. Comme déjà évoqué dans certains de mes précédents billets, j’occupe un poste à temps chez mon employeur depuis déjà 10 ans et en parallèle je suis rédactrice. Je lançais justement mon affaire en Freelance début janvier. Chose que j’attendais comme je l’appréhendais. Mais chose que désormais je vis à bâtons rompus. Je savais que ce serait une sorte de défi que de me lancer. Un défi contre moi même et surtout un défi contre le temps. Un vrai challenge en somme. Il se trouve que le temps à juste titre, il n’est ni élastique ni extensible. J’en gratte un peu à droite à gauche, régulièrement pour ne pas dire tout le temps. Jusque là, j’y arrive, sans trop de mal. J’ai trouvé un équilibre qui me permet de souffler quand il le faut. Et même si parfois cet équilibre est à deux doigts de ne pas être tenu, parce que je veux trop en faire ou parce que je veux m’avancer sur des articles, textes et autres commandes, j’essaie de le respecter.

loisir

Le mince équilibre entre vie pro et vie perso

Cumuler deux jobs, même si bien entendu le principal reste le job principal et que le second reste pour le moment comme son nom l’indique, secondaire, c’est sport et c’est aussi une chose assez délicate à gérer. Heureusement, bien avant de me lancer en tant qu’auto-entrepreneuse, je rédigeais déjà en plus de mon job principal. J’avais donc une très bonne idée du temps que cela me prendrait sur ce qui était alors, mon temps perso; celui qui reste pour la vie privée, hors Pro. Et grâce à cette expérience, j’ai pu avoir le recul rapidement lors de ces 3 premières semaines d’activité en tant que Freelance, pour ne pas aller trop loin. Parce que sinon sans trop de surprises je finirai éreintée voir à la limite du surmenage, mais surtout parce qu’il faut garder une très franche limite entre le pro et le perso. Sans cette limite précieuse, alors le risque, c’est de ne vivre que pour bosser.

Or quand bien même j’adore écrire, quand bien même j’adore l’idée de faire quelque chose qui me passionne et être rémunérée pour ça, je tiens à garder autant que faire se peut, du temps de loisir. Du temps pour me ressourcer, me reposer, du temps pour être inspirée et restée inspirée. Si j’en parle autant et si je prends le temps de faire ce billet à ce sujet, c’est justement parce que j’ai eu quelques fois à certaines occasions l’an dernier, le sentiment de friser le surmenage. J’étais tellement enjouée, tellement embarquée dans tout ça, la rédaction etc… Que je finissais par moments par oublier qu’en plus d’être une passion, c’était aussi un boulot. J’ai parfois oublié qu’il fallait savoir prendre le temps de s’arrêter, de se poser et souffler.

Pour ne pas répéter ces moments là, j’ai donc rapidement déterminer des horaires après lesquelles ne plus rédiger dans le cadre pro. Rédiger pour mon blog, OK. Ecrire pour moi, Ok. Bref, j’ai appris l’an dernier à bien délimiter le temps dédié à la vie pro et celui dédié à ma vie perso. Alors parfois je déroge un peu encore à la règle, d’un petit quart d’heure pour fignoler un article. Parfois aussi je grignote encore un peu de minutes sur le temps de sommeil parce que je relis un texte. Mais désormais et depuis des mois, je fais attention à ce temps perso si précieux pour justement rester bonne dans ce que je fais, mais aussi parce que la vie personnelle, c’est ce qui nous tient. C’est le temps avec ses proches, sa famille, les amis. Le temps pour les passions aussi, pour les autres passions.

keyboard-woman

Je me sens beaucoup plus épanouie

Même si en ce moment je suis un peu sur les rotules, parce que lancement de cette petite affaire en auto-entrepreneuriat, parce que cumul de 2 jobs parallèles, parce que je tiens aussi à continuer à faire ce qui me passionne en dehors de tout ça, je suis épanouie, beaucoup plus épanouie dans ma vie pro. Je n’apprendrais rien à personne en disant que lorsqu’on fait ce que l’on aime faire, tout va beaucoup plus vite et beaucoup mieux. Tout est plus fluide, ça glisse parfois même tout seul, comme quand on écrit sur ce qui nous passionne justement. Bizarrement dans ces moments là, les mots viennent d’eux mêmes, comme s’ils coulaient de source ;)

Et même si deux bonnes crèves hivernales m’auront eue depuis début janvier, des bonnes crèves saisonnières comme on le dit souvent, je tiens le coup et le cap. Je garde la tête froide et je reste bien au taquet pour ma nouvelle activité. Alors oui, je suis bien crevée par ce lancement et ces 2 jobs. Oui je suis un peu KO technique avant même l’heure du dîner, mais Putain ce que c’est bon de faire ce que l’on aime ! Punaise que c’est bon de jurer positivement comme ça ! Et purée ce que je remercie mes proches de m’avoir poussée à me lancer. Et purée ce que j’aime cette fatigue saine et bonne ! Je suis lancée enfin, j’ai du taf, beaucoup de taf. Mais j’aime ça. Et je ne changerai tout ça pour rien au monde. Merci à mon homme aussi au passage, d’être un bon garde-fou pour m’aider encore parfois, à me souvenir que la vie et le temps perso n’attendent pas ;)

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Happycountdown
    25 janvier 2015 at 23 h 05 min

    Félicitations! J’admire. J’espère un jour faire ce que j’aime, comme toi.

    • Reply
      Grisélidis
      26 janvier 2015 at 10 h 08 min

      Coucou ! Je l’espère de tout coeur pour toi :))) Et je te suivrai de près quand tu te lanceras =)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :