Humeurs

Ma petite ligne directrice

puppet

Tu le sens peut-être toi aussi qui passes par ici, combien le quotidien peut parfois nous malmener. Des journées interminables, entre les embouteillages sur la route ou les longs instants de promiscuité avec les autres voyageurs dans le métro, en passant par des longues heures de travail au bureau ou chez soi… Le quotidien et son lot de contraintes, d’inconvénients en tout genre, n’est pas toujours tendre. Il nous éreinte, nous fragilise, nous épuise… Tant et si bien que par moments, l’énergie n’est plus suffisante ne serait-ce que pour réaliser combien toutes ces données quotidiennes, peuvent nous atteindre et nous user avec le temps. Tant et si bien, qu’on n’a plus la ressource qu’il faudrait pour réagir et tenter de changer des choses pour que les journées soient plus fluides, moins lourdes et que le quotidien justement, soit moins stressant, fatigant, usant pour soi même, mais aussi pour ses proches.

Ne pas être un pantin

Depuis quelques années, je prends de plus en plus conscience de combien le quotidien peut avoir un impact sur la santé, l’état moral et par extension, sur la forme physique. Avant, j’avais tendance à toujours dédramatiser diverses choses, en me disant qu’il y avait bien pire ailleurs, en pensant à d’autres qui étaient dans des configurations encore plus compliquées… J’essayais de ne pas trop me plaindre et surtout j’essayais de me convaincre moi même que finalement, ce que je vivais tous les jours, n’était rien.

Mais force est de constater qu’après 15 ans de vie parisienne, dont 4 passées dans Paris Intra Muros et les autres en banlieue plus ou moins proche, non, tout cela n’est pas anodin.

Non il n’est pas anodin de devoir subir 3 heures de transports en communs par jour aux heures de pointes, en mixant les modes de transports : marche à pieds pour arriver à la gare, puis métro puis autre métro, puis le soir, tram et bus et encore un peu de marche.

Non il n’est pas anodin d’avoir des sursauts de défense voir d’agressivité quand d’autres personnes qui sont dans les mêmes conditions, vous bousculent sans même s’en rendre compte. Non ce n’est pas sans impact ni sans effet. Ponctuellement, ça passera. Mais le vivre 5 jours sur 7 ou presque pendant 10 à 15 ans ou plus, c’est justement tout sauf anodin.

pantin-mannequin-strawberries-fr

Beaucoup caricaturent la vie parisienne sans la connaître et voient la vie de l’actif parisien comme hyper stressante et usante. Auparavant, je jurais que ça tenait uniquement de la caricature. Aujourd’hui plus que jamais, je la confirme, je la déplore et hélas, je l’incarne. Je l’incarne comme hélas aussi, beaucoup d’autres.

Je me sens parfois comme un pantin qu’on déplace d’un point A à un point B.

Mais j’ai justement décidé de ne plus me sentir comme un pantin, de ne plus incarner ni vivre de ce stress typique. Je ne veux plus me laisser croquer par ce quotidien vicieux que trop vivent. J’ai décidé de ne pas m’arrêter au constat, ne sert à rien s’il n’est pas suivi d’action(s). Or je veux agir et je dois agir. Agir pour que ce quotidien change.

C’est là qu’intervient ma ligne directrice, cette petite ligne directrice.

strawberries-dot-fr

La ligne directrice

Améliorer le quotidien, le rendre moins lourd. Non pas qu’il soit à 100% noir. Bien au contraire, beaucoup de choses sont si chouettes :) Je ne veux justement pas que les mauvais côtés de cette vie parisienne viennent “pourrir” les bons moments. Je ne veux pas/plus être éreintée au point de ne plus avoir la ressource d’apprécier à sa juste valeur tout le reste : Les moments avec les proches, les loisirs, bref, tout ce qui fait que la vie est super belle ! Et qu’elle mérite qu’on l’apprécie :)

Ma petite ligne directrice tient en plusieurs points :

Identifier tout ce qui est source de stress inutile et accuser les vraies sources. Je m’explique. Il m’est souvent arrivé de penser qu’une grande partie du stress que je vivais était dans ma vie pro. Je pensais à tort que mon travail était à l’origine de la fatigue, d’un ras le bol latent. Mais avec le recul, j’ai fini par comprendre que non, ce n’était pas le travail en lui même, c’était plus subtil que ça. Finalement, j’ai réalisé que le stress la plupart du temps était du au parcours du combattant à faire pour venir et rentrer du travail et aussi en partie à l’open space.

Réduire les éléments stressants ou perturbateurs, changer ce qui peut être changer, trouver des alternatives, le tout petit à petit. La tâche n’est pas aisée, je l’accorde volontiers. Si un collègue vous saoule, vous ne pouvez pas vous en défaire en un claquement de doigt ^^ pour le reste, on est d’accord, c’est idem. Mais quand certaines autres petites choses sont possibles, alors il faut tester, au risque de passer à côté de superbes alternatives.

Un Trajet peut souvent être modifié et raccourci. Un dérangement au bureau peut souvent être pallié. C’est ainsi que régulièrement lorsque je me rends au métro le matin, je change de trajet, pour le rendre moins répétitif, pour découvrir des coins de ma ville au lieu de ruminer sur les probables et courants soucis techniques de cette si belle et douce ligne 13, surnommée “la bétaillère” par beaucoup de parisiens. C’est aussi comme ça que je me suis mise à écouter de la musique avec le casque d’iphone au bureau (c’est toléré car open space). Ainsi, le bruit devient moins lourd, moins dérangeant.

Supprimer les éléments stressants ?

Si c’était aussi simple, je n’écrirai pas ici ces quelques mots. Si c’était aussi simple, on serait beaucoup à faire la danse de la joie ! Et surtout ça se saurait :D Pourtant, je reste convaincue que c’est possible. Si ce n’est pas immédiatement, alors ce sera doucement, mais Sûrement !

En me remettant à écrire, je savais que je retrouvais une passion, quelque chose qui me ferait du bien. Je ne réalisais pas encore que j’en ferai une activité professionnelle :) Ce que je n’avais pas réalisé, c’est qu’en plus de me filer de superbes perspectives pro et perso, cela contribuerait à rendre le quotidien de parisienne plus doux. Pourquoi ? Parce que je peux envisager de modifier certaines choses qui sont devenues trop lourdes, pour lesquelles je crois avoir atteint un seuil de tolérance.

Grâce à l’écriture et à mon activité professionnelle de Freelance, je peux envisager de passer bientôt à temps partiel et à réaménager une partie de ma vie. Je peux diminuer des éléments perturbateurs et stressants du quotidien, pour les vivre moins mal tout en ayant en parallèle, une activité qui me passionne. En somme, grâce à cette activité, j’ai droit un peu au double Effet KISS COOL ;) Moins d’heures dans les transports, moins d’open space, moins de plein de choses ! Et rien que le savoir, ça fait déjà du bien au moral :)

Pour le reste, j’ai décidé d’avoir la même démarche. Y aller doucement mais sûrement. De ne plus subir. D’agir. C’est parfois long et pas toujours évident. Mais ça viendra ! Une chose est certaine, je ne perdrai pas cette ligne directrice, qui me permet d’avancer, avec le sourire :)

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply
    Florence Gindre
    4 avril 2015 at 13 h 38 min

    Une bien belle ligne directrice :)

    • Reply
      Grisélidis
      4 avril 2015 at 14 h 26 min

      merci ! je ferai tout pour qu’elle tienne ^^

  • Reply
    Marie-Hélène
    4 avril 2015 at 18 h 13 min

    Oui il faut croire et suivre cette petite voix que tu entends maintenant….. la vie est belle !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :