Lier écologie et travail dans le web

Je pense de plus en plus souvent au changement climatique, à l’empreinte carbone et à tous ces gestes que nous tentons d’avoir en faveur de l’environnement. Tant si et bien que j’essaie depuis quelques temps déjà, de faire entre ces gestes vertueux dans mon travail. 

Je travaille dans le web. Je monte des sites web. Des blogs. J’essaie de les optimiser pour qu’ils soient plus souples à la navigation comme à l’affichage. 

Il se trouve que depuis plusieurs mois, je tente de rendre mon travail plus vertueux. Je ne me contente plus de tenter de rendre un blog plus sympa à regarder, même si ça compte évidemment. Mais je tente de faire en sorte qu’il soit sympa à parcourir, tout en étant plus vertueux dans son fonctionnement. Dans ce qu’il réclame en énergie et ressources à chaque clic d’un internaute. 

Bref, j’essaie d’améliorer encore plus ces sites web que je monte. Et de partager ces expériences sur mon site web professionnel. 

Job dans le digital et conscience écologique

Par le passé, je ne pensais clairement pas à l’énergie que pouvait pomper un site web. Encore moins d’ailleurs à l’énergie que pouvait consommer mon smartphone quand je parcours les statistiques de mes sites internet plusieurs fois par jours. Maintenant, non seulement je le sais mais j’y fais attention. 

Que mon job me laisse parfois l’impression de créer quelque chose de non palpable. Qui ne soit pas vraiment concret, ça m’arrive toujours. Je trouve du sens dans ce que je fais. Pas de doute là-dessus. Mais ça reste du numérique, du non palpable. 

Alors peut-être qu’en tentant d’agir pour l’environnement sur le terrain du digital, je donner encore plus de sens à mon job et à ces tâches quotidiennes que j’effectue. Non seulement j’ai clairement pris conscience de l’enjeu écologique en cours, mais je prends cela à cœur. Dans mon job et dans ma vie de tous les jours. 

Se servir de l’enjeu écologique pour prendre des décisions

Prendre en compte l’aspect énergie que peut consommer un site internet ou un blog quand on le parcourt, cela me permet par ailleurs de prendre des décisions vite et bien. Que je ne prends pas vraiment le temps de traiter le reste du temps. Je mesure les performances du site web, je regarde ce qui consomme beaucoup et je décide de si oui ou non c’est utile, vraiment utile à quelqu’un ou non. Puis j’agis. 

Voilà aussi en quoi la question d’un site web conçu pour moins consommer de ressources technologiques peut aider à l’améliorer. 

Aussi, si vous voyez et constatez des changements sur ce blog, des choses qui changent de places, des choses qui disparaissent. Vous saurez alors pourquoi c’est ainsi. Parce que j’en aurais conclu que ça ne servait pas forcément les personnes qui visitent cet humble blog. 

Trouver l’équilibre

Le dilemme parfois rencontré quand on commence à vouloir changer ses pratiques, c’est de devoir décider quand est-ce qu’on va trop loin ou pas assez loin. Je me rends bien compte que parfois je passe énormément de temps à tenter d’optimiser des fonctionnalités jusqu’au moindre détail. Pour grapiller des centièmes de secondes de vitesse d’affichage de certaines pages. 

Alors je tente de me modérer pour ne pas perdre de vue que tout ne doit pas forcément être dirigé par l’injonction du tout zéro carbone. Parce que les sites web sur lesquels je bosse permettent de générer du chiffre d’affaire pour des entreprises qui embauchent des salarié(e)s, et qu’il faut bien que ces sites disposent de fonctionnalités incontournables pour convertir leurs client(e)s. Alors non, on ne peut pas renoncer à tout au motif que ce serait moins gourmand en énergie. 

La recherche du mieux

Alors je me sers de cette motivation qui est d’agir pour l’environnement dans mon job dans le digital comme d’une façon de chercher faire mieux. Parce qu’on ne peut pas toujours faire le meilleur qui soit. J’ose espérer que la démarche a déjà quelque chose de bon et de sain. Toujours est-il que ça me pousse à chercher et chercher. C’est formateur. C’est motivant. Même si parfois, c’est déstabilisant. Parce que je me dis que c’est bien peu de choses finalement à l’échelle de tout ce qu’il faudrait faire. 

J’essaie d’agir concrètement sur ces infimes détails sur lesquels je peux peut-être avoir un effet positif et concluant. 

Est-ce que ça payera ? Est-ce que ça change vraiment les choses ? L’avenir le dira. J’espère.

Griselidis
Griselidis

Maman depuis septembre 2018, j'alimente cet humble blog avec des tranches de vie du quotidien depuis plus de 9 ans. En partageant sur les plantes de notre jungle intérieure ou encore sur notre vie de famille recomposée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *