Green Humeurs

Quand Jardinage rime avec Partage

Boutures de Misere dans l eau

Avec ce titre, je n’innove pas, c’est certain. L’esprit du partage dans le cadre du jardinage, ça ne date pas d’aujourd’hui. Il se trouve qu’en plus, cela revient comme jamais comme une pratique ouverte et plébiscitée, dans les quartiers, communes, groupes d’amis. Que faire sinon s’en réjouir ? N’est-ce pas ?

Pour le coup, depuis que j’ai mis le nez dans l’univers des plantes, cela me semble plus que jamais vrai. Le Jardinage invite évidemment au partage. Pour moi, c’est une évidence.

C’est ainsi que je me suis mise à partager des plantes que j’avais et plus particulièrement, des boutures. Des petites plantes que j’offre, que je donne et qui me filent quelque part, une petite fierté.

Transparence pour Boutures plantes

Quand j’étais gosse, le jardinage, c’était synonyme de trucs de PapiMamie et ça se résumait surtout à l’image de mon grand-père qui passait des journées entières à retourner la terre de son potager. Bref, dans ma petite tête de gamine, c’était une activité qu’on pratiquait quand on était à le retraite, parce qu’on avait le temps. Bon, aussi parce qu’on avait le bout de terrain qui va bien, sans quoi, même si on avait le temps, bah on n’allait pas très loin, évidemment ;)

Toujours est-il qu’aujourd’hui et depuis quelques années, l’univers du jardinage, qu’il soit dédié aux fruits et/ou aux légumes, ou à la culture de plantes vertes en appartement, c’est un truc qui plait à de plus en plus de monde. Mieux encore, c’est quasiment devenu un phénomène de mode (cet avis n’engage que moi, mais je ne pense pas me planter).

Alors phénomène de mode ou pas, peu importe ! Tant que ce jardinage fait du bien à ceux qui le pratiquent, qu’il s’agisse d’avoir 3 ou 4 petites tomates sur son balcon ou plein de plantes grasses dans sa cuisine comme chez moi, on ne peut que s’en réjouir. Et je m’en réjouis.

Monstera Deliciosa qui poussent en eau

Si en plus cette passion pour le végétal et le jardinage (urbain ou pas) amène un esprit de partage + fort que de coutume, forcément ça me plaît.

Aussi, même si le temps que j’ai pour m’occuper de mes plantes se fait peau de chagrin et même si j’ai beaucoup moins de boutures qu’avant, je continue à en faire pousser. Pour les partager ensuite. Parce que c’est quand même super sympa, non ? Et pour pousser encore plus loin la réflexion, c’est aussi assez en phase avec cette période tendue qu’on vit en ce moment : Une période de crise et pourtant de surconsommation outrancière. Une période d’égoïsme ambiant qui inviterait pourtant à beaucoup plus de solidarité, d’altruisme. Une période lors de laquelle on se concentre tellement sur le numérique, le digital, le non palpable, alors que sapristi, dans le concret, dans le quotidien, y’a du bien vivant qui ne demande qu’à être donné, offert. Partagé.

 

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply
    Aurelie
    6 mars 2019 at 16 h 02 min

    C’est tellement vrai ce que tu dis, les plantes permettent de parler à son voisin, d’échanger avec des inconnus, de tisser des liens. Simple et immémoriel.
    Je retrouve ce sentiment de communauté dans le tricot (décidément je ne fais que des trucs de Papimamie comme tu dis). Lorsque j’étais à l’étranger si j’étais bloquée sur une maille je trouvais dans n’importe quel magasin de laine ou de loisirs créatifs des passionnés prets à m’aider et me conseiller.
    Dans cette époque si individualiste, cela réchauffe le coeur <3

  • Reply
    Aurelie
    6 mars 2019 at 16 h 02 min

    C’est tellement vrai ce que tu dis, les plantes permettent de parler à son voisin, d’échanger avec des inconnus, de tisser des liens. Simple et immémoriel.
    Je retrouve ce sentiment de communauté dans le tricot (décidément je ne fais que des trucs de Papimamie comme tu dis). Lorsque j’étais à l’étranger si j’étais bloquée sur une maille je trouvais dans n’importe quel magasin de laine ou de loisirs créatifs des passionnés prets à m’aider et me conseiller.
    Dans cette époque si individualiste, cela réchauffe le coeur <3

  • Reply
    Louise Grenadine
    13 mars 2019 at 11 h 34 min

    Tout à fait, le jardinage est comme devenu à la mode… et je pense qu’il s’agit là d’un besoin de revenir à des activités plus simples, plus proches de la nature, plus vraies aussi ; des choses qui nous font déconnecter et nous vident l’esprit.
    En tout cas, c’est ainsi que je le vis. :)
    Comme une bouffée d’air !

    Et j’ai découvert récemment qu’il y avait même des événements d’échanges de boutures à Lyon !
    J’ai trouvé ça bien trop chouette, alors il faut absolument que je me lance dans les boutures.
    J’en avais envie, pour multiplier mes plantes. Mais si c’est l’occasion de partager avec d’autres, je trouve ça encore mieux. :)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :