Famille Humeurs

Une Douce Parenthèse

chat bebe et maman

Cela fait des jours que je me dis que je vais m’y mettre. Que je vais revenir par ici et poser une petite bafouille. Des jours ? Des semaines pardi !

Mais réussir à jongler entre le linge propre à étendre, les papiers à poster et tout le reste, en tentant de ne pas laisser ce petit bout d’homme qui n’a jamais envie de faire la sieste quand le moment s’y prête, ce n’est pas encore ce que je fais de mieux.

Me voilà donc en vraie desperate housewife. La trentaine bien tassée, les cheveux en bataille, les cernes bien marquées, un look de taularde… bref, je ressemble à Beetlejuice. Ni plus ni moins.

Je tape d’ailleurs ces quelques mots depuis le bloc notes de mon iPhone, en tournant la tête vers lui, pour voir s’il dort.
Bien loin de moi les méthodes d’organisation qui permettent d’apprendre à être la mère parfaite, qui redevient et reste pimpante du matin au coucher, à la pose de mascara impeccable et aux ongles nettement manucurés.

D’ailleurs ces méthodes, je n’aurais pas trouvé le temps de les chercher même si j’avais voulu, je préfère encore avoir la mine défaite et faire pitié aux voisins et commerçants que je croise, plutôt que de tenter de m’évertuer à faire les choses de telle ou telle manière pour me sentir légère et accomplie.

main de mon bebe

Je préfère de loin tâtonner, chercher quelles grimaces le feront sourire puis rire. Je préfère poser mon doigt au creux de sa main, plutôt que faire bouger la souris de l’ordinateur. Je préfère le regarder lui, plutôt que tout le reste.

Le temps passe si vite, déjà plus de deux mois que ce petit d’homme est là. Il est arrivé un soir de septembre, après 19 heures passées à l’attendre, entre contractions et fatigue. Puis vers presque 22h ce soir-là, après deux péridurales sans effet, il est arrivé. C’était le début du reste de ma vie.
J’étais pressée de le rencontrer, c’est enfin le cas.

Main nourisson

Je profite donc de cette parenthèse avant que la vie professionnelle ne reprenne. Cela arrivera bien trop vite. Dans moins d’un mois je devrai reprendre le chemin du bureau.

En attendant, je fais des grimaces à m’en décrocher la mâchoire, parce qu’ils les aiment. Je fais une tête de zinzin et des bruits dignes de personnages de cartoons, parce que ça le fait marrer comme une baleine. Ces moments privilégiés, je les chéris. Et je crois, que lui aussi.

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :