Green

Faire Pousser une Monstera Deliciosa dans l’Eau

Hydroculture Monstera Deliciosa

C’est le premier août que j’ai décidé de passer une Monstera Deliciosa de la terre à l’eau. Elle n’allait pas forcément mal en terre, mais elle ne présentait pas non plus de signes d’épanouissement. En fait, elle semblait surtout “végéter”. Sans faire de nouvelles feuilles. Avec un feuillage parfois terne. Ce alors qu’une autre Monstera beaucoup plus grande et massive se portait super bien, dans les mêmes conditions de cultures : Même pièce, même luminosité…
Bref.
Puisque le Philodendron Atom s’était si bien senti une fois dans l’eau, l’idée de faire de même pour cette Monstera s’est pointée.
Bon, je n’étais pas rassurée et je dirai même que j’appréhendais. Ce n’est pas parce que cela avait bien fonctionné pour le Philo Atom que cela irait tout aussi bien pour la Monstera. Changer une plante d’environnement n’est jamais sans risque. Je sais que cela peut représenter un sacré choc pour le végétal. Tout comme cela peut ne pas prendre : Racines qui pourrissent etc…

Je donc attendu. Plusieurs semaines. Avant de me décider à changer les conditions de cultures de cette Monstera.

C’est un soir, le premier août dernier, que je m’y suis mise.

Il ne faut que peu de matériel pour procéder au changement. Et j’avais déjà ce qu’il fallait, à savoir un grand tube en verre qui accueillerait la plante dans l’eau.

Monstera deliciosa dans l eau

Retrait du pot et retrait de la terre de la motte

J’ai installé un vieux bac en plastique juste afin qu’un maximum de terre puisse être récupéré et aussi pour ne pas trop salir autour du plan de travail.

Ensuite, pas de mystère. J’ai basculé le pot sur le côté, ai pris la totalité des tiges délicatement, puis ai retiré le tout du pot en tirant doucement. Pas de blocage avec des racines éventuellement accrochées au pot, puisque le pot est était en plastique.

Une fois la motte retirée du pot, passage à l’étape du retrait d’un maximum de terre de la motte.

C’est doucement mais sûrement et surtout, avec délicatesse, qu’un retrait progressif de la terre s’est opéré à la main. Je ne vais pas mentir. J’y ai passé une bonne vingtaine de minutes. L’idée était de garder le système racinaire tel quel, idéalement.

J’ai donc fait ça en deux fois dix minutes avec une petite pause.

C’est en dégageant la terre de la grosse motte de racine, que j’ai eu une belle surprise : La Monstera était en fait composée de 3 pieds indépendants. J’ai également eu la chance de découvrir que les paquets de racines de chacun des pieds, n’étaient pas mélangés ou emmêlés. Je me suis donc retrouvée rapidement avec non pas une monstera, mais 3 :)

Une fois que la terre était dégagée, j’ai laissé le tout reposé un moment.

Enfin, passage de chaque pied de Monstera sous un léger filet d’eau du robinet. Une eau tiède. Cela a fait tomber dans le bac en plastique mis juste en dessous dans l’évier, de la terre restée accrochée aux racines. Sachant que je ne pousse pas le “nettoyage” à l’extrême. Quand un peu de terre s’accroche jusqu’au bout, je laisse. Pour ne pas abîmer les racines. Et je sais désormais qu’avec les jours qui passent, une fois dans l’eau, la terre se détache presque toute seule des racines. Vécu constaté avec le Philodendron Atom.

C’est une fois ce rinçage effectué que j’ai préparé le pot en verre qui accueillerait quelques instants plus tard, les pieds de Monstera.

Comme d’habitude, j’ai procédé à un trempage du pot à l’eau chaude pour y retirer un max de poussière, puis nettoyage et rinçage à l’eau tiède. Je l’ai ensuite essuyé pour éviter les marques de calcaire, même si évidemment, il en reste toujours un peu. Fichu calcaire :(

Enfin et pour finir, je l’ai rempli d’eau à un tiers.

C’est ensuite et pour finir, que les pieds de Monstera furent “glissé” dans ce tube en verre.

Observations

Je me doutais que les premiers jours dans ce pot seraient importants et qu’en tout cas, la première semaine serait cruciale. J’ai donc observé la cohabitation des pieds de Monstera dans l’eau, le matin en buvant mon café avant d’aller me préparer pour travailler.

On n’est jamais sûr dans de tels cas, que tout se passera bien. En l’occurrence, j’avais envie d’être optimiste. Mais je gardais quelques appréhensions quant à la suite des événements. Je m’étais documentée un peu sur la culture de Monstera dans l’eau. Mais hormis quelques conseils de culture concernant la culture de Boutures de Monstera dans de l’eau, je n’avais presque rien trouvé sur l’entretien ou la culture de Pieds de Monstera déjà bien développés. Pourtant, j’avais retourné le web dans diverses langues, en incluant Youtube.

La Première Semaine

Je me suis sentie déjà un peu soulagée quant à la fin de la première semaine, aucun signe de pourriture de racines n’était apparu. L’air de rien, c’était déjà énorme. L’avantage de la culture en eau est réellement indéniable pour ce qui est de pouvoir observer la santé d’une plante. Là, il me suffisait de tourner le pot pour pouvoir vérifier si oui ou non, les pieds de Monstera tenaient le coup suite à ce déménagement.

Monsteras Deliciosa et Chat

Seconde Semaine

C’est quinze jours après le passage des pieds de Monstera dans l’eau, que des extensions de racines étaient visibles. Pfiou ! En fait on les voyait déjà un peu avant, mais elles étaient vraiment petites et je préférais attendre de voir si elles allaient continuer à pousser. Heureusement, cela s’est confirmé !

Aussi, c’est au quinzième jour après ce changement de milieu de culture de cette Monstera, que j’ai décidé de séparer les 3 pieds. Un pied a ainsi été installé dans son propre pot en verre quand les deux autres sont restés dans le pot initial. J’avais envie de laisser un max de liberté aux racines pour évoluer. Et puis j’avais un autre grand tube en verre disponible !

J’en ai profité pour disposer quelques cailloux (préalablement nettoyés) au fond du premier pot.

Bilan des courses à J21, troisième semaine

Bilan positif ! Un des pieds présente déjà une nouvelle petite feuille qui se déploiera prochainement. Je suis heureuse. Satisfaite et rassurée. Enfin, les 3 pieds, dans les deux pots, présentent des extensions de racines. Ce sont surtout les racines aériennes qui se sont développées. Elles aiment l’eau, c’est incontestable. Quant au système racinaire d’origine pour chaque pied, pas de perte à déplorer à ce jour.

Les racines aériennes de la Monstera Deliciosa sont vraiment un élément clé pour la culture en eau. Je l’avais lu et cela se vérifie. C’est sans nul doute ce qui aide dans le cas présent pour ces trois pieds de Monstera qui évoluent dans l’eau désormais depuis deux semaines. Au final, les pousses se comportent a priori comme si elles étaient des boutures.

Feuille de Monstera en Hydroculture

Je reste néanmoins prudente quant à la suite. Cela ne fait que trois semaines que ces pieds de Monstera sont désormais les pieds dans l’eau. Je préfère voir comment cela se passera dans les prochaines semaines.

Toujours est-il que les feuilles ont repris de belles couleurs. Elles se tiennent mieux. Elles ont retrouvé un port plus typique de la Monstera. Ce que j’espère être un autre signe positif de cette hydroculture.

Cette nouvelle culture de plante dans l’eau a beau être relativement positive cette fois encore, je ne pense pas pour autant reproduire l’opération pour d’autres plantes vertes que nous avons à la maison. J’ai opéré cela une première fois avec le Philodendron Atom car il allait plutôt mal en terre. Depuis, il est magnifique et pousse comme jamais avec un vert éclatant.

Quand à cette seconde et beaucoup plus récente hydroculture de Monstera, c’était plus de l’ordre de l’expérience plutôt que d’une technique de soin d’une plante qui n’allait pas mal, mais qui végétait clairement alors que l’été est logiquement une saison pendant laquelle la Monstera évolue beaucoup.

L’aventure botanique concernant cette Monstera qui depuis est devenue trois petites Monsteras, me montre aussi combien en apprenant à connaître certaines plantes, on finit par comprendre un peu mieux ce qui leur convient. En l’occurrence, je constate ici combien l’eau est un élément clé pour cette plante tropicale et ce notamment pour les racines aériennes qui même concernant une Monstera en terre, adorent tremper dans l’eau. Je fais d’ailleurs actuellement le test sur une racine aérienne d’une grosse Monstera qui évolue en terre. La racine aérienne s’est mise à pousser beaucoup plus vite ! Comme quoi :) Tellement de choses sont possibles !

Sur ce, je m’en vais voir comment se porte notre Monstera Obliqua. Une beauté tropicale que j’adore également.

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Koalisa
    25 août 2017 at 13 h 44 min

    J’ai appris plein de choses en lisant ce billet, merci beaucoup ! Je vais surveiller mon monstera… ;)

Répondre à Koalisa Cancel Reply

%d blogueurs aiment cette page :